Massacre de Plouvien

Contexte

Le 1er Août 1944 les américains pénètrent en Bretagne, du côté de Brest les allemands anticipent ce qui va se produire. Progressivement, ils rapatrient les unités des secteurs Nord pour concentrer la défense sur le périmètre extérieur de la ville de Brest. Pour Plouvien, la liberté est retrouvée le 2 Août avec le départ des troupes allemandes. Le 5 Août la presse locale affirme que les américains sont stoppés en Normandie alors que le 6 Août américains seront dans la soirée à Lesneven. Le 07 Août vers 10h45 les américains passent sans s’arrêter dans le bourg de Plouvien, l’ambiance y est festive. Les américains n’ont qu’un seul objectif, le port de Brest.

Le 8 Août 1944

Les américains sont passés la veille sans s’arrêter ni laisser de troupes. Dès 6h00 des troupes allemands investissent le bourg et l’ensemble de la commune. Ces allemands proviennent de deux divisions (266 ème et 343 ème) qui font route vers Brest depuis St Malo pour rejoindre le gros des troupes. Dans leur trajet vers Brest ils sont harcelés par des maquisards. Pensant garantir leur retraite, ils prennent des otages civils et n’hésitent pas à en abattre régulièrement. Peu après 12h00 une fusillade éclate dans le bourg. Un soldat allemand est tué par un résistant. Furieux ceci massacrent des civils présents à Plouvien ainsi que des otages.

Les victimes

Dans les journées du mardi 8 Août, 33 personnes seront massacrés à Plouvien.

 

  • François LEON – 42 ans
  • François BIHAN – 43 ans
  • Joseph ROMEUR – 34 ans
  • Jean LE HER – 31 ans
  • Joseph LUCAS – 29 ans
  • Louis PERROS – 59 ans
  • Eugène PERROS – 19 ans
  • François KERBRAT – 49 ans
  • Jean KERBRAT – 24 ans
  • François GUIARARC’H – 20 ans
  • Jean Baptiste L’ESPINASSE – 51 ans
  • Marcel MASSON – 16 ans
  • Jean-Marie LE GALL – 43 ans
  • Claude LE GALL – 12 ans
  • François MENEC – 18 ans
  • Jeannine MENEC – 4 ans
  • Jean PARCHEMINOU – 16 ans
  • Yves LEROUX – 66 ans
  • Jean-Marie GUILLARMOU – 63 ans
  • Jeanne ARZUR – 74 ans
  • Pierre LE ROZEC – 31 ans
  • Henri FRONTERO – 26 ans
  • Jean André GOARAND – 23 ans
  • Pierre ROUSSEL – 42 ans

 

In mémoriam

En 1947 la commune édifie un monument en mémoire des victimes de ce massacre. En 2000 des panneaux informatifs sont apposés sur les lieux des massacres, formant ainsi un chemin de mémoire.

 

Sources

Retour