1942

Suite à son refus de voter les pleins pouvoirs, le maire de Brest est écarté et une délégation spéciale est mise en place avec à sa tête Victor Eusen, maire de St Pierre. Entre temps, les croiseurs lourds allemands s’éclipsent à jamais de Brest au nez et à la barbe des anglais. Mais les bombardements ne cessent pas pour autant et l’on organise de nombreuses cérémonies religieuses.


02 Janvier – A titre transitoire, Vichy, par l’intermédiaire du sous-préfet Perreau-Pradier, nomme un comité de 5 hommes pour administrer Brest. L’avocat Alexandre Masseron continue de faire office de Maire. le colonel Scheidhauer (responsable de la Défense Passive), Mr Philipon, Mr Raffin font parti de ce comité. Nouvelle alerte aérienne de 18h50 à 23h45, c’est la 309 ème, des fusées incendiaires tombent sur Saint-Martin et des bombes sur le quartier de Saint-Louis.


06 Janvier – De 6h à 8h50 et de 20h à 21h50, un double raid aérien de la R.A.F est mené par 87 appareils sur les croiseurs et 67 autres se focalisant sur les docks. Ces bombardements perturbent le trafic ferroviaire.


07 Janvier – Alertes et bombardements de 6h42 à 8h30 sur Brest.


08 Janvier – A 6h30 rue de Verdun, la petite Yvonne Urvoas âgée de 4 mois et Mme Roussel sont atteintes mortellement par des éclats dans leurs lits.


09 Janvier – Alertes et bombardements de 5h55 à 8h35 sur Brest.


10 Janvier – Alertes et bombardements de 3h30 à 8h00 sur Brest.


11 Janvier – Cérémonie religieuse pour la protection de la ville à St-Michel. Alertes et bombardements de 19h50 à 21h10 sur Brest, provoquant de gros dégâts sur les installations ferroviaires. La maternité est détruite sans qu’il n’y ait de victimes.


15 Janvier – A Ploudaniel, une femme écope de 5 mois de prison pour insultes envers l’armée allemande.


19 Janvier – Un cerf-volant de barrage tombe rue Blanqui, entraînant dans sa chute des fils électriques qui électrocutent deux chevaux.


22 Janvier – Le château de Rosmorduc devient un lieu de repos pour la 9° flottille de U-boot.


25 Janvier – Arsène Gall, lieutenant de Hilarion, émet en morse un message d’alerte sur le départ potentiellement proche des croiseurs lourds allemands. Alertes et bombardements de 20h15 à 22h40 sur Brest.

EN SAVOIR PLUS SUR JEAN PHILIPPON – ALIAS HILARION

Jean Philippon – Hilarion


26 Janvier – A Lesneven, une femme écope d’un mois de prison pour propagande anti-allemande. Alertes et bombardements de 22h à 00h20 sur Brest.


28 Janvier – Alertes et bombardements de 3h40 à 5h35 sur Brest. La voie ferroviaire d’accès au port ainsi que celle de services au Rody sont coupés. Le préfet de la région; François Ripert, assisté du préfet Départemental débattent avec Victor Eusen des conditions de son futur poste à la tête de la mairie de Brest.


29 Janvier – A Plouguerneau, la population est requise pour monter la garde durant 14 jours suite à la disparition d’un câble.


31 Janvier – Alertes et bombardements vers 20h sur Brest.


01 Février – Le conseil municipal est dissous.


02 Février – Explosion d’un chaland à moteur après un sabotage, 4 victimes.


06 Février – Le sous-préfet Perreau-Pradier met en place une Délégation spéciale avec à sa tête Victor Eusen (Maire de St Pierre). Alertes et bombardements de 20h10 à 21h50 sur Brest.

ARTICLE WIKIPÉDIA SUR VICTOR EUSEN

Victor Eusen


07 Février – Philipon, alias Hilarion transmet aux anglais le départ « imminent » des croiseurs lourds.


08 Février – Cérémonie religieuse pour la protection de la ville à St-Louis.


Nuit du 10 au 11 Février – A Landerneau, des bombes tombent près de la voie de tiroir et du P.N 296. Téléphone coupé de Landerneau à La Forest.


11 Février – Alertes et bombardements vers 20h30 jusqu’à 22h15 sur Brest. Au nez et à la barbe des Anglais, à 22h30 les Allemands déclenchent l’opération « Cerberus » et sortent leurs trois croiseurs lourds de la rade. Le Scharnhorst, le Gneisenau et Prinz Eugen remontent la manche et traverse le Pas-de-Calais en direction des fjords Norvégiens. Le Prinz Eugen manqua de faire tout capoter car ses deux remorqueurs Brestois firent des prouesses de maladresses involontaires.

Les trois croiseurs lourds lors de la traversée de la manche.

Crédit image – Wolrd War II Database


14 Février – Explosion au 9 rue de la Vierge dans une auberge, six Allemands et cinq Français blessés.


15 Février – A Locmaria-Plouzané, une séance récréative (bal et théâtre) est organisée au profit des prisonniers de guerre français, la salle est comble.


22 Février – A Locmaria-Plouzané, une deuxième séance récréative (bal et théâtre) est organisée au profit des prisonniers de guerre français, la salle est à nouveau comble.


26 Février – Le comité Brest-Lyon a reçu jusqu’à présent 256 propositions des familles Lyonnaises désireuses d’accueillir et d’héberger des enfants Brestois. Le comité pense organiser prochainement un convoi.


27 Février – Le journal Brestois La Dépêche est contraint de passer sous la houlette du trio bretonniste (Rouault, Fouéré, Guillemot) dirigeant le journal La Bretagne sur ordre des allemands. Le journal passe désormais sous la houlette de la propaganda-Staffel.


04 Mars – L’ancien directeur de l’hospice civil, Henri Nardon (frère de Léon Nardon, ancien Maire de Brest), est arrêté avec 9 autres communistes et 20 israélites par les allemands. Il décédera en détention.


08 Mars – Cérémonie religieuse pour la protection de la ville au Pilier Rouge. Sur la photo à droite, la procession passe devant le cinéma Celtic.


09 Mars – Suite à la coupure d’un câble, la commune du Conquet doit faire assurer une garde de 2 hommes, relevés toutes les deux heures, pendant quinze jours et ce à partir de cette date.


10 Mars – La kreiskommandantur rappelle aux navigateurs que la nuit, une distance de 10 Miles (18 Km environ) doit être respectée de la côte sinon, le navire sera exposé à des tirs par des batteries côtières.


11 Mars – De 8 heures à midi, la gendarmerie et la police allemandes procèdent à une rafle d’environs 60 personnes, pour contrôle d’identité, suite à des attentats à l’explosif dans Brest.


12 Mars – les allemands procèdent à une rafle suite à des attentats à l’explosif dans Brest.


13 Mars – les allemands procèdent à une nouvelle rafle suite à des attentats à l’explosif dans Brest. Au total, 135 arrestations sont enregistrées. Les suspects sont interrogés à la caserne Guépin puis certains sont incarcérés à la prison du château de Brest.


22 Mars – A 7h48, un train part de la gare de Brest direction Lyon, avec à son bord 28 enfants réfugiés. C’est le premier départ pour cette ville d’accueil. Les Sapeurs pompiers de Brest sont mis à l’honneur lors d’une cérémonie dans la cour de l’Ecole d’Art Ménager, devenue Mairie provisoire.


26 Mars – Sabotages de sous-stations électriques à l’arsenal. Trois sous-stations seront détruites dont l’une par le groupe Yves Prigent, Guy Dorgou et Albert Rolland.


27 Mars – La Dépêche de Brest indique que la population brestoise est passée d’environ 80 000 habitants à 35 000 à cause des bombardements.


31 Mars – Le Préfet du Finistère, par arrêté, suspend Jean-Louis Rolland, maire de Landerneau, de ses fonctions et le remplace par Mr Le Rest, Pharmacien. Jean-Louis Rolland, futur résistant du groupe Libération-Nord.

Jean-Louis Rolland


03 Avril – Un Wagon de la firme Martini est intercepté à Brest par l’organisation Todt sans bon de réquisition. 6000 bouteilles disparaissent.


12 Avril – Cérémonie religieuse pour la protection de la ville à St-Marc.

Crédit Photo – Le Finistère dans la guerre – Thomas & Le Grand


15 Avril – Le journal La Dépêche de Brest annonce que le préfet du Finistère, Mr Georges, a nommé le Dr Aubry maire de Ouessant. Aucun motif de changement annoncé.


16 Avril – Lors d’un raid aérien, une bombe tombe sur l’Hospice civil, tuant son directeur et faisant de nombreuses victimes.


28 Avril – un Franc-Tireur du Partie Communiste doit abandonner deux valises bourrées de cartouches de Tolamite à la gare de Brest. Un contrôle et une fouille systématique étant effectuée ce jour là.


Nuit du 28 au 29 Avril – Un commissaire Français fait arrêter à Brest 4 militants de gauche, syndicalistes de surcroît. Parmi eux, un certain Charles de Bortoli, il sera condamné à mort.

LIRE SON PROFIL « MÉMOIRE DES HOMMES »

Charles de Bortoli


01 Mai – Attentat à la bombe dans les caves d’une entreprise allemande. Deux hommes de l’Organisation Todt sont blessés.


04 Mai – Une tentative d’attentat échoue devant les locaux du 69 rue Jean Jaurès, permanence du parti Mouvement Social Révolutionnaire ayant de fortes accointances avec les allemands.


06 Mai – A Lesneven, la statue d’Adolphe Le Flô que les allemands projetaient de récupérer est enlevée par l’entreprise l’Hermitte de Brest et cachée à l’hôpital-hospice de Lesneven.


10 Mai – Cérémonie religieuse pour la protection de la ville à Kerbonne.


18 Mai – Par délibération de la Délégation Spéciale, la rue de la Mairie est choisie pour remercier la ville de Lyon pour son aide envers les Brestois sinistrés. La cérémonie n’aura lieu qu’à la visite du maire de Lyon, en 1943.


11 Juin – A Lambézellec, explosion dans la cave d’un café de la rue Jean-Jaurès.


19 Juin – Lors de l’alerte qui dure de 0h45 à 3h30, un ballon de barrage chute à Saint-Marc.


21 Juin – Cérémonie religieuse pour la protection de la ville à Lambézellec.


22 Juin – Attentat à l’explosif contre la centrale électrique de l’arsenal de Brest. Toujours à l’arsenal, un tract distribuait invite les ouvriers à débrayer de 9 à 10 heures pour protester contre la présence d’une commission allemande. Une première réquisition de chevaux a lieu à Landerneau.


05 Juillet – Cérémonie religieuse pour la protection de la ville à St-Pierre-Quilbignon.


10 JuilletFrançois de La Rocque se déplace à Brest pour visiter les structures des Auxiliaires de la Défense Passive et assister au baptême du fils d’un de ses amis du Parti Social Français (ex Croix de Feu).


Nuit du 12 au 13 Juillet – Un attentat souffle les locaux du 69 rue Jean Jaurès, permanence du parti Mouvement Social Révolutionnaire ayant de fortes accointances avec les allemands. Eugène Kerbaul semble attribuer le coup au parti Communiste.


14 Juillet –  Des machines de la station de pompage hydraulique de l’arsenal de Brest sont endommagées, Albert Rolland y participe.


15 Juillet – Dans l’arsenal, un saboteur coupe des courroies de transmissions.


24 Juillet – Vers 16h30 les trains 1564 et 2796 en gare de Landerneau sont mitraillés par les alliés. 13 voyageurs sont blessés sur les quais. La halte de la Roche-Maurice a également été mitraillé, la gérante et quelques passagers sont blessés.


03 Août – Après négociations entamées en 1941 par Victor Le Gorgeu, la comtesse Jeanne Bertier de Sauvigny vient installer à Brest un poste des Sections Sanitaires Automobilistes Féminines.


05 Août – Le grand Amiral Erich Raeder inspecte les installations de la 1° flottille.

ARTICLE WIKIPÉDIA SUR ERICH RAEDER

Image illustrative de l'article Erich Raeder


10 Août – Le tunnel de Recouvrance est terminé, il permet de donner accès à l’énorme abri creusé dans le roc qui relie Laninon à l’Arsenal en passant sous les fortifications.


15 Août – Une cérémonie se déroule à Plougonvelin afin d’affirmer sa volonté « d’unité française« . La pointe St Mathieu est choisie comme lieu de prélèvement de la pincée de terre qui doit être remise au maréchal Pétain. Ce dernier doit la remettre, le 30 Août 1942, sur le monument élevé à Gergovie à la mémoire de Vercingétorix, avec des sachets provenant de toutes les provinces.


21 Août – Un brigadier de police est blessé par cinq balles tirées par un cycliste.


25 Août – Attentat à Brest contre un soldat allemand puis un autre attentat contre un marin allemand mais cette fois l’auteur est appréhendé.


03 Septembre – Trois transformateurs de l’arsenal sautent, 12 officiers sont tués.


09 Septembre – Attentat contre un débit de boisson au 30 rue Massillon.


18 Septembre – Un raid aérien bombarde Brest et sa banlieue.


20 Septembre – Attentat du Gasthaus des officiers de la Kriegsmarine à Brest, Albert Rolland y participe. Attentat également contre un foyer de la Wehrmacht.


26 Septembre – Lors d’un bombardement sur Brest un avion est abattu et s’écrase au hameau de Kermabezet en Plouguin. Deux aviateurs tomberont en parachute, l’un à Plouguin, l’autre à Plabennec. Hélas ce dernier ne survivra pas.


28 Septembre – A la gare de Landerneau, la police française tend une souricière à Raoul Derrien. L’individu est recherché pour acte de terrorisme à Lanester. Après une course poursuite dans la ville, il est arrêté au niveau de la caserne Taylor.

LIRE LE RAPPORT EN ENTIER


29 Septembre – Albert Rolland est arrêté à son domicile par des policiers de la section Anti-communiste fraîchement arrivés à Brest.

ARTICLE WIKIPÉDIA SUR ALBERT ROLLAND

Description de l'image AlbertRolland.jpg.

Albert Rolland


Octobre – Un parachutiste, surement pilote, est arrêté à Plougastel-Daoulas.


06 Octobre – A Plougonvelin 3 pêcheurs, pourtant dans une zone autorisée, se font tirer dessus par des soldats allemands depuis l’îlot de Bertheaume. L’un des pêcheurs, 65 ans, est blessé et se fera opérer à la Kreiskommandantur.


21 Octobre – Un train de 550 ouvriers réquisitionnés de l’Arsenal part en Allemagne (D’autres sources évoquent le 22 et d’autres le 23).


01 Novembre – Un nouveau train de 50 ouvriers spécialisés part pour l’Allemagne, à Hambourg.


04 Novembre – C’est 68 ouvriers qui à leur tour sont envoyés en Allemagne pour y travailler.


05 Novembre – Attentat sur un train de permissionnaires au niveau du Rody.


07 Novembre – Le sous-lieutenant Heribert Hufnagl, pilote de la 8° escadrille de chasse se tue en s’écrasant avec son Fockewulf 190 à Saint-Renan. Ce jour là, il y avait un bombardement sur la base sous-marine et celle des torpilleurs par deux vagues successives. 34 avions participent à l’attaque. 15 morts et 15 blessés parmi la population civile Brestoise. La ligne de chemin de fer de Brest est coupé par une bombe.


11 Novembre – L’armistice de 14/18 est commémoré au nez et à la barbe des Allemands par les footballeurs de Plougonvelin au monument aux morts. A Brest, dans la nuit, on macule des panneaux de signalisations écrits en allemands de goudrons et autres crasses.


14 Novembre – Le journal du PNB, l’Heure Bretonne salut la décision des autorités allemandes de faire main basse sur toute la France en franchissant la ligne de démarcation.


19 Novembre – Attentat contre un foyer de la Marine.


20 Novembre – Attentat contre les bureaux allemands du 17 ru Jean-Jaurès.


18 Décembre – Une ordonnance allemande informe la population que la détention de tracts à son domicile est passible de lourdes sanctions.


20 Décembre – Les travaux commencent du côté de Kéravel en Trébabu pour construire un chemin ferré pour acheminer des matériaux lourds sur la côte pour la construction du mur de l’Atlantique. A Brest, un attentat est perpétré contre un hôtel occupé par les allemands.


22 Décembre – A la suite de la distribution de tracts, l’occupant décide de fermer les établissements publics à 21 heures et d’instaurer le couvre-feu à 21h30.


1941 ← ANNÉE PRÉCÉDENTE ANNÉE SUIVANTE → 1943